LA RÉVOLUTION BOLCHEVIQUE SE PRÉPARE… DU CÔTÉ DE MONTSOURIS

Jeudi 2 février 2017, par Webmestre // ► MONTSOURIS - DENFERT

Vous trouverez ci-contre, en fichier Word, un itinéraire imprimable de cette balade avec plan


Dans les années 1880, suite à l’assassinat du tsar Alexandre II et à la répression qui s’ensuit, de nombreux révolutionnaires russes émigrent en France, principalement à Lyon et dans les 13ème et 14ème arrondissements de la capitale. Il s’agit essentiellement de représentants de l’intelligentsia, issus du mouvement "Narodniki". C’est le cas d’Ossip Zetkin, que rejoint Clara en 1882.

Ossip ZETKIN

Clara EISSNER, dite Clara ZETKIN

Dès 1885, la police politique russe, l’Okhrana, installe un bureau à Paris sous la direction de Piotr Ratchkovski.
Au début du 20ème siècle, ce sont des socialistes russes — ils se désignaient alors comme "socio-démocrates", la plupart se référant au marxisme — qui sont contraints à l’exil, en particulier après la révolution de 1905 écrasée dans le sang.
Dans un premier temps la police française, qui les surveille, confondra ces différents courants sous l’appellation de "nihilistes".

Vladimir Ilitch Oulianov, alias Lénine, lui aussi exilé, s’est installé à Londres en 1902. Il fait alors de nombreux séjours en France pour participer à des meetings ou donner des conférences. C’est lors d’une brève visite en Bretagne, à Loguivy près de Paimpol, qu’il met la dernière main à "Que faire ?" ; texte qui jouera un rôle essentiel dans l’évolution du parti.
En 1903, au 2ème congrès tenu à Bruxelles puis à Londres, se cristallisent les contradictions au sein un parti. Il se divise entre bolcheviks, majoritaires, et mencheviks, minoritaires. En fait, ces tendances s’inverseront rapidement sous l’influence de Georges Plekhanov, mais les appellations subsisteront.

Georges PLEKHANOV

Après un détour par la Suisse, Lénine viendra finalement s’installer à Paris pour un peu moins de 4 ans, de décembre 1908 à juillet 1912 ; une période d’intenses conflits politiques au sein de la social-démocratie russe.

Vladimir Ilitch OULIANOV, dit LÉNINE

La capitale française devient dès lors la principale base arrière du POSDR (Parti ouvrier social-démocrate de Russie).
Plusieurs dirigeants de la future Union des Républiques Socialistes Soviétiques y séjourneront pour des périodes plus ou moins longues. Les journaux révolutionnaires y seront édités. Les luttes politiques entre les différentes fractions du mouvement s’y développeront. C’est à Paris par exemple que Lénine rédigera "Matérialisme et empiriocriticisme", critiquant les théories de Bogdanov et de Plekhanov.

Alexandre BOGDANOV

Et tous ou presque vont demeurer dans ce 14ème arrondissement de Paris, autour du parc Montsouris où ils se côtoieront quasi quotidiennement, en promenant pour certains leurs enfants, au hasard des allées.
Les réunions, elles, se tiendront dans le même secteur, mais plutôt entre Denfert-Rochereau et la porte d’Orléans, le long de l’avenue du même nom qui deviendra plus tard l’avenue du Général Leclerc.

D’autres révolutionnaires avaient vécu dans ces parages dès la fin du 19ème siècle, comme Rosa Luxemburg en 1894.

C’est ce quartier, riche d’une Histoire très internationale, que nous allons parcourir.

Nous partirons du métro Denfert-Rochereau

Sous cette place, à l’aplomb du Lion de Belfort, se trouve un abri de la Défense passive.
En août 1944, il abritait le PC secret du colonel Henri Rol-Tanguy, chef militaire de la Résistance parisienne. Cet abri présentait l’avantage d’avoir plusieurs accès, chacun étant contrôlé par un réseau de Résistance, tels le service des Eaux de la ville de Paris situé au 9 rue Schœlcher, ou la gare Denfert-Rochereau, aujourd’hui affectée au RER ; le tout étant relié aux Catacombes.
C’est de ce PC souterrain que fut dirigée, à partir du 19 août, l’insurrection qui aboutit à la Libération de la capitale, avec l’aide de la 2ème DB du général Leclerc.
Mais contrairement à ce qu’a retenu l’histoire officielle, nous savons que les allemands étaient au courant de l’existence de ce QG. On ne saura sans doute jamais pourquoi ils ne sont pas intervenus ; peut-être pour les mêmes raisons qui ont décidé le général Von Choltitz à ne pas faire sauter Paris…

Prenons l’avenue du Général Leclerc

5 : Au café du Lion, siège du club des joueurs d’échecs dont Lénine était un habitué, se tenaient des réunions de la fraction Bolchevique. Ironie de l’Histoire, il est aujourd’hui devenu un Mac-Do.

11 : Dans l’ancien café des Manilleurs se tenaient également des réunions de la fraction Bolchevique du POSDR, auxquelles participaient Lénine et Kroupskaïa.
L’une d’elles fut perturbée par Lounatcharsky, à la tête du groupe "En avant", suite à l’impossible réconciliation tentée par la majorité du parti en 1911.
Il y avait alors, selon la police, 25 à 35 000 russes exilés à Paris, dont 550 anarchistes et un millier de socialistes révolutionnaires.

Au 15 : L’hospice de La Rochefoucauld est l’ancienne Maison royale de Santé, fondée sous Louis XVI en 1780.
Dans son enceinte se trouve un ancien puits sans margelle traversant la carrière en sous-sol. L’eau y est encore visible au fond, ce qui est relativement rare à Paris. Il serait d’ailleurs déconseillé de la boire aujourd’hui...

Devant cet établissement, au bord du trottoir, subsistait il y a peu une des dernières bornes kilométriques de Paris ; borne en fonte indiquant "N 20, 3 Km de Notre-Dame". Nous ne sommes pas parvenus à déterminer la date de leur implantation ; sans doute vers le milieu du 19ème siècle. Elles étaient disposées à l’époque tous les 500 m. Il en subsistait une autre, un peu plus loin dans la même avenue, devant le n° 73. Elles ont aujourd’hui disparu, victimes de l’ineptie d’une administration sans doute vexée que l’on puisse être plus "borné" qu’elle. On peut encore les visualiser sur le sympathique blog Paris-bise-art qui les a recensées.

Au 17-19 : La Villa Adrienne, intéressant square de la fin du 19ème siècle, est malheureusement interdite au public.
19 : C’est dans cette agence Z du Crédit Lyonnais que Lénine plaça les fonds du POSDR dont il était dépositaire, au grand dam de ses opposants.
26-28 Emplacement du Moulin d’Amour, qui porta aussi le nom nettement moins poétique de Moulin du Pavé. Datant de 1191, il aurait été l’un des plus vieux moulins à vent à Paris, avant de devenir — comme tant de ses congénères — un cabaret. Il disparut en 1916.
face au 40 : subsiste une de ces magnifiques bouches de métro Guimard ; celle de la Station Mouton-Duvernet. Cette ligne date de 1909 ; Lénine l’a empruntée maintes fois pour se rendre à la gare du Nord où il confiait clandestinement à des cheminots le courrier échangé avec la Russie…

Revenons sur nos pas avenue du Général Leclerc vers Denfert-Rochereau

Prenons la rue Daguerre à gauche

C’est sur une maison de cette rue que tomba le premier obus prussien lors du siège de Paris, le 5 janvier 1871.

1-3 : Emplacement d’un magasin Félix Potin dont Lise Ricol, la future compagne d’Artur London, alors dirigeante des "Comités patriotiques féminins" qui deviendront l’Union des femmes françaises, organise le pillage le 1er août 1942. Deux policiers et un officier allemand sont tués dans l’affaire. Lise est arrêtée et déportée à Ravensbrück puis à Buchenwald.

Lise RICOL

Artur LONDON
Couverture de l’Aveu

19 : En 1916, l’imprimerie Rosen tirait ici les journaux russes Nache Slovo puis Natchalo, édités par les Mencheviks autour de Trotsky.
Le siège du Parti Communiste Internationaliste, le PCI, s’installa ici dans l’immédiat après-guerre en 1945.

Les courageux pourront faire un aller-retour jusqu’au n° 79 ; ce fut l’adresse en 1936 d’Ambroise Croizat, futur ministre du travail représentant le PCF à la Libération, le "père" de la Sécurité Sociale.

Ambroise CROIZAT

Henri Rousseau, dit le Douanier Rousseau, avait son domicile et son atelier au 44.

Henri ROUSSEAU, dit le douanier

Mais prenons la rue Lalande à gauche

C’est dans cette rue que demeurait Natalia Sedova lorsqu’elle rencontra Léon Trotsky à l’automne 1902.

Rue Liancourt à droite

Rue Sivel à gauche

Rue Charles Divry à droite

Rue Gassendi à gauche

46 : Léon Trotsky demeure ici en 1903, lors de son premier séjour à Paris, avec Natalia Sedova qu’il a rencontrée à l’automne précédent dans une popote tenue par des militants de l’Iskra.

Léon TROTSKY

Natalia SEDOVA

Faisons un aller-retour dans la rue Mouton-Duvernet

Jusqu’à la statue de Michel Servet qui se trouve en bordure du petit square de l’Aspirant Dunand. Sa symbolique est doublement intéressante ; d’une part en ce que Servet fut condamné au bûcher par deux fois, la première par les catholiques — il réussit à s’échapper —, la seconde par les protestants à Génève ; ce qui tendrait à prouver que l’intolérance, entre autres religieuse, est la chose au Monde la mieux partagée… et d’autre part en ce qu’elle est représentative de la lutte contre l’obscurantisme qui fut menée en France entre la fin du 19ème et le début du 20ème siècle ; est-ce un hasard si ce monument a été érigé "À la garde du peuple" — comme indiqué sur son piédestal — face à la mairie du 14ème arrondissement en 1908… Une lutte qui a repris, ces dernières années, une cruelle actualité...

Michel SERVET _Inscription "à la garde du peuple" sur le socle de la statue

Rue des Plantes

21 : Un passage typique, mais privé, du 14ème arrondissement.
26 : Demeure du préfet Jean Moulin, président du Conseil National de la Résistance en 1943, torturé à mort par les nazis.

Jean MOULIN

Impasse du Moulin Vert

24 : Demeure d’Alfred-Édouard Billioray, membre du premier Comité central de la Garde nationale pour le 103ème bataillon. Élu au Conseil de la Commune le 26 mars 1871. Nommé délégué aux Services publics, puis aux Finances.
Fait prisonnier pendant la Semaine sanglante, il est d’abord emprisonné puis, s’étant évadé et ayant été repris, il est déporté en Nouvelle Calédonie où il meurt en 1876, peu après son arrivée.

Alfred-Édouard BILLIORAY

Continuer dans la rue des Plantes

34bis : Le restaurant le Moulin Vert, fréquenté par les officiers allemands et les collabos pendant l’Occupation, fut la cible d’un attentat à la grenade par Roger Rouxel et Robert Witchitz, membres des FTP-MOI qui seront assassinés avec le groupe Manouchian.

Roger ROUXEL

Robert WITCHITZ

Nous n’irons pas jusqu’au n°79, beaucoup plus loin dans la rue près de la porte de Châtillon, où habitaient Mélinée et Missak Manouchian lorsque ce dernier fut arrêté une première fois le 7 octobre 1939, en tant que membre de la direction du PC, suite à la signature du pacte germano-soviétique. Aucune plaque n’y a été apposée.

Mélinée MANOUCHIAN

Missak MANOUCHIAN

Rue Antoine Chantin

8 : Emplacement de la première imprimerie à Paris des journaux russes, "Le Social-démocrate" et "Proletari" (le Prolétaire). Lorsque Lénine arrive, en 1908, il apporte de Genève les caractères cyrilliques nécessaires à leur composition. Ce local se révélera vite inapproprié et l’imprimerie devra déménager au 110 avenue d’Orléans.

Av Jean Moulin à gauche

Place Victor et Hélène Basch

Ainsi nommée en mémoire de Victor Basch, philosophe et universitaire d’origine hongroise, cofondateur et président de la Ligue des droits de l’homme, assassiné par la milice avec sa femme Hélène en janvier 1944.

L’église St Pierre du Petit Montrouge accueillit pendant la Commune les réunions du Club des Montrougiens. Elle abrita également une ambulance.
Pendant la Semaine sanglante, elle servit à la fois d’arsenal et d’observatoire. Un canon avait été hissé dans son clocher.
Une barricade, dite des Quatre chemins, dressée à ce carrefour fut le dernier bastion de résistance des Fédérés du 14ème arrondissement pendant la Semaine sanglante, le 23 mai 1871.

6 : Lénine fréquentait un café nommé le "Puits Rouge", qui se trouvait à l’emplacement de l’actuelle agence de la BNP.

Faisons un aller-retour dans la rue d’Alésia à gauche

99 : Il ne reste rien du restaurant Pignarre, dans la salle duquel se tint, du 3 au 9 janvier 1909, la 5ème conférence de la direction du POSDR à laquelle assistèrent Jean Jaurès et Edouard Vaillant. Un gymnase de la ville de Paris a pris sa place.
Lénine avait tenu dans cet établissement une conférence sur la situation du parti lors d’un séjour qu’il avait fait à Paris fin 1904.

Le restaurant Pignarre

Jean JAURÈS
à la butte du Chapeau Rouge

Édouard VAILLANT
au mur des Fédérés

Revenons place Victor et Hélène Basch pour prendre à droite l’avenue du Général Leclerc, vers la porte d’Orléans

110 : Ici se tenait la seconde imprimerie du "Social-Démocrate", dans un pavillon qui existe toujours ; le dernier au fond de la cour à droite. Lénine y faisait imprimer le journal de la fraction bolchevique, "Proletari".
Elle fut d’abord dirigée par M. F. Vladimirski, alias Kamski, puis par Aline. Les typographes se nommaient Vladimir, Riskine et Skourva.
Le premier étage servit de local au Comité Central du POSDR de 1909 à 1912. Le lieu prenait des noms différents selon les périodes. Cela allait du "guêpier" à "l’état-major léniniste" ; mais certains l’appelaient "l’état-major des bandits". Nous avons ainsi une petite idée de la chaude ambiance qui pouvait régner. La lutte politique n’est décidément pas un dîner de gala !...

Un fait significatif cependant : nombre des opposants de cette époque à la fraction bolchevique animée par Lénine, les "conciliateurs", occupèrent de son vivant des postes importants dans le futur gouvernement soviétique. Ce ne fut pas le cas par la suite, puisque la quasi-totalité des membres du Comité central léniniste disparut dans la tourmente stalinienne…

Nous revenons sur nos pas pour prendre à droite la rue Alphonse Daudet

Rue Leneveux à gauche

7 : Demeure de Gregory Evséiévitch Radomylsky, dit Zinoviev, arrivé à Paris en même temps que Lénine en 1908. Il était étroitement surveillé par l’Okhrana qui avait installé une planque dans un hôtel de la rue Alphonse Daudet d’où elle surveillait les allées et venues des deux hommes entre leur domicile et le siège du parti, d’où nous venons, avenue d’Orléans.

Gregory ZINOVIEV

4 : Demeure de Jean Texcier qui publia, en juillet 1940, avec l’aide de l’imprimeur Keller, une brochure intitulée "Les conseils à l’occupé", bien accueillie par une population qui, revenant d’exode et se trouvant confrontée à la présence de l’armée allemande, ne savait trop quelle attitude adopter.

Nous faisons un aller-retour dans la rue Marguerin

11 : Cet immeuble abrita, de 1940 à 1944 le siège de "Je suis partout", journal collaborationniste commandité par Charles Lesca, et animé par Antoine Cousteau (le frère du fameux commandant), Lucien Rebatet, Robert Brasillach, fusillé à la Libération. En 2010 encore, un hommage religieux était rendu à ce dernier. Comme quoi la lutte contre la réaction la plus crasse n’est jamais finie.

Pierre-Antoine COUSTEAU

Lucien REBATET

Robert BRASILLACH

Rue Adolphe Focillon

Rue Sarette à gauche

Rue Marie-Rose

7 : Couvent des Franciscains où vivait le père Corentin Cloarec, assassiné par les nazis le 28 juin 1944 pour avoir aidé des ouvriers réfractaires au STO.

Corentin CLOAREC

4 : Demeure de Vladimir Ilitch Oulianov, alias Lénine, et de sa femme Nadejda Konstantinova Kroupskaïa, ainsi que de la mère de cette dernière, de juillet 1909 à juin 1912. Ils logeaient au 2ème étage gauche (fenêtre de droite sur la façade).
Après guerre, le PCF avait transformé l’appartement en un musée, aujourd’hui depuis longtemps fermé. On voit encore la trace de la plaque apposée autrefois sur la façade. Elle fut supprimée il y a 20 ou 30 ans suite au projet rejeté par les riverains de rebaptiser la rue du nom de son illustre locataire. Signe des temps...
Il ne nous reste plus qu’à imaginer Lénine entretenant son vélo, le dimanche matin, sur le trottoir devant l’entrée de l’immeuble ; cette bicyclette dont il prenait grand soin et qu’il enfourchait dès le printemps venu pour de grandes balades dans les environs de la capitale avec Kroupskaïa. Il se la fit voler à la Bibliothèque national où il se rendait pour étudier.

Nadejda KROUPSKAÏA

La plaque enlevée
dont on voit encore la trace sur la façade

2 : Demeure d’Elisabeth Armand, dite Inès ou Inessa, qui vint rejoindre Lénine à Paris en 1910. Elle fut sa très proche collaboratrice... et disons-le son grand amour.

Inès ARMAND

Rue du Père Corentin à droite

Rue Beaunier à gauche

24 : Première demeure de Lénine à Paris, du début décembre 1908 à juillet 1909, au 2ème étage. Il habita là, arrivant de Suisse, avec Kroupskaïa et la mère de celle-ci. Sa sœur Maria vécut avec eux dans un premier temps.

Julius Martov, ami intime de Lénine bien que menchevique, était fréquemment invité chez eux.
Mais le concierge voyait d’un mauvais œil ces "anarchistes" s’installer dans son immeuble. À l’été suivant, ils déménagèrent donc pour la rue Marie-Rose toute proche.

Julius MARTOV

Place Jules Hénaffe

Nous passons devant les réservoirs de Montsouris ; principales réserves d’eau de la ville de Paris.

Av Reille

53 : Villa-atelier conçue par Charles-Édouard Jeanneret, alias le Corbusier, pour le peintre Ozenfant. Sa première réalisation à Paris, en 1922.

Square Montsouris

Un petit coin de province bien sympathique.

Rue Nansouty à droite

Rue Georges Braque

Anciennement rue du Douanier, rebaptisée en 1949 car elle était la seconde consacrée à Henri Rousseau dans le 14ème arrondissement, ce qui faisait tout de même beaucoup, quel que soit le génie d’un peintre adulé par Picasso, Foujita, Derain, Braque et les surréalistes.
6 : Demeure et atelier de Georges Braque, qui vécut là à partir de 1927 et y mourut en 1963.

Georges BRAQUE

8 : Villa conçue par l’architecte André Lurçat, frère de Jean, pour le peintre Walter Guggenbühl, en 1927.

Rue du Parc Montsouris

3 : Demeure de Foujita et de Lucie Badoul, alias Youki, qui formèrent avec Robert Desnos, vers 1930, un célèbre "triangle amoureux".

Léonard FOUJITA
avec Youki

Rue Émile Deutsch de la Meurthe

2 : En 1870, un certain Chardon, instituteur qui reprenait l’idée de Sanis, installait ici un "Géorama universel", carte en relief de la France à l’échelle 3/10000èmes. Une curiosité malheureusement depuis longtemps disparue.

Villa du Parc Montsouris

Jetons un petit coup d’œil, pour finir dans ce secteur très "artistique", sur cette sympathique impasse, typique du 14ème arrondissement.

Nous pénétrons dans le parc Montsouris

Il a inspiré de nombreux créateurs : du "Cléo de 5 à 7" d’Agnès Varda à "L’affaire du collier" : bande dessinée d’Edgar P. Jacobs mettant en scène les fameux Blake et Mortimer.
Il mériterait une balade à lui seul. Nous nous contenterons de glisser le long du boulevard Jourdan en passant devant la Mire du Sud, un des repères de la Méridienne de Paris, initialement implantée dans le jardin de l’Observatoire et transportée ici en 1806.

Nous ressortons du parc par son autre extrémité

Rue de la Cité universitaire

3 : Demeure, jusqu’à sa mort en mer le 7 décembre 1936, de l’aviateur Jean Mermoz, dans un immeuble style Art déco remarquable, réalisé par l’architecte Michel Roux-Spitz et décoré par le maître verrier Jean Perzel.
Plus à l’aise dans les airs que sur le plancher des vaches politique, Mermoz adhéra aux Croix de feu. Après la dissolution des ligues fascistes, il devint vice-président du Parti social français (PSF) fondé par le colonel de La Roque.

Jean MERMOZ

Rue Roli

11 : Demeure de Gregory Zinoviev, au 3ème étage, lors de son premier séjour à Paris en 1904.

Gregory ZINOVIEV

Demeure, au 2ème étage, en 1908, de Lev Borissovitch Rosenfeld, alias Kamenev, futur président du Soviet de Moscou.

Lev Borissovitch KAMENEV

Demeure, au 3ème étage, d’Anatoli Lounatcharsky, futur Commissaire du peuple à l’Instruction publique. Des réunions du "Cercle de la culture prolétarienne" et du groupe "En avant", dont il est le leader, se tiennent dans son appartement. Y participent Alexandre Bogdanov, Gregory Aleksinski, Dmitri Manouïlski, dit Chômeur… autant d’opposants à la fraction bolchevique de Lénine qui participeront pourtant au futur pouvoir Soviétique.

Anatoli LOUNATCHARSKY

Rue d’Arcueil à gauche

2 : Villa Corot où se trouvaient les ateliers de nombreux sculpteurs, dont Charles Despiau, Paul Belmondo — le père de Jean-Paul —, Michel Coste… au début du 20ème siècle.

Paul BELMONDO

Rue Liard

Rue Gazan

20 : Le restaurant "le Pavillon Montsouris" a toute une histoire.
En juillet 1912, les bolcheviques de Paris y organisent une réunion d’adieu pour le départ de Lénine et de Kroupskaïa à Cracovie, où ils vont s’installer afin de se rapprocher de la Russie.

C’est dans ce restaurant que Margaretha Geertruida Zelle, alias Mata Hari, exerce ses coupables "activités", en 1917.

MATA HARI

Entre deux guerres, il est fréquenté par de nombreux artistes, parmi lesquels Georges Braque, le Douanier Rousseau, Foujita, Louis Jouvet, Marcel Carné, Jacques Prévert, Eugène Ionesco, Marguerite Yourcenar, etc…
Pendant l’Occupation, des militants y tiennent, dans les caves, les réunions d’un réseau de la Résistance.

Passer à nouveau par l’intérieur du parc en longeant le lac pour rejoindre l’avenue Reille

Av Reille à droite

7 : Demeure de Rosa Luxemburg dans une chambre au 3ème étage, en 1894. Venue à Paris pour faire imprimer "La Cause ouvrière" ; elle est la fondatrice des partis socio-démocrates de Pologne et de Lituanie, puis de la Ligue Spartakiste en Allemagne. La social-démocratie sera passée massivement à la collaboration de classe quand elle l’assassinera, avec Karl Liebknecht, lors de la révolution allemande, à Berlin, le 15 janvier 1919.

Rosa LUXEMBOURG

Impasse Reille

Av de la Sibelle à gauche

Une borne cylindrique récente, portant un dessin de la Louve romaine, marque le passage d’un ancien aqueduc romain.

Av Reille à droite

Rue St Yves

Rue de la Tombe Issoire à droite

C’est une ancienne voie Romaine menant vers Orléans.
C’est aussi le chemin qu’empruntaient les pèlerins passant par Paris pour se rendre à St Jacques de Compostelle.
101 bis : Demeure de Salvador Dali avec Gala, à l’angle de la villa Seurat.

Salvador DALI

Elena Ivanovna DIAKONOVA, dite GALA

Villa Seurat

3 : Demeure du peintre pointilliste Marcel Gromaire.
4 : Demeure de Jean Lurçat, conçue en 1924 par son frère, l’architecte André Lurçat. Ce fut le laboratoire architectural des "Montparnos" dans les années 20.

Jean LURÇAT

André LURÇAT
et le pavillon qu’il réalisa pour son frère

7 bis : Demeure et atelier de la sculptrice figurative Chana Orloff, représentante de l’"École de Paris", en 1926.

Chana ORLOFF

18 : Demeure d’Henry Miller et d’Anaïs Nin, d’abord chez Michael Fraenkel qui les héberge au 2ème étage en 1931, puis au 3ème de septembre 1933 à 1939. Il y fait la connaissance de Blaise Cendrars et de George Orwell, venus le rencontrer. C’est ici qu’il commence la rédaction de ses "Tropiques".

Henri MILLER

Anaïs NIN

Demeure également et atelier de Chaïm Soutine, en 1937.

Chaïm SOUTINE

Demeure encore d’Antonin Artaud, au 3ème étage, dans la fin des années 20.

Antonin ARTAUD

Demeure enfin de Salvador Dali et de Gala, qui reviennent loger dans les parages en 1932-1933.

Salvador DALI
avec Gala et le reflet de MAN RAY dans la glace

Reprendre la rue de la Tombe Issoire

83 : Cour typique du quartier, bordée par des ateliers d’artistes.

Rue Bezout à gauche

Rue Hallé à droite

Un petit village à Paris.

Nous croisons l’avenue René Coty

11 : Sous nos pieds, au milieu du trottoir, se trouve le "bain de pieds des carriers" ; un puits souterrain creusé par les ouvriers qui travaillaient dans les galeries d’extraction de pierre, devenues les Catacombes.

Le Bain de pieds des carriers

C’est dans cette avenue, à une adresse qui nous reste inconnue, que se réunit, le 21 août 1944, le Comité national de la Résistance, dirigé par Alexandre Parodi et Pierre Villon, pour décider de rompre la trêve — qui n’avait d’ailleurs jamais été réellement appliquée — conclue quelques jours plus tôt avec le général allemand Von Choltitz.

Nous laissons sur la droite la rue Dareau, au n°49 de laquelle fut saisi, le 1er octobre 1941, par la BS1 — une brigade spéciale des renseignements généraux spécialisée dans la "chasse" aux militants communistes — le dépôt central de la propagande du PCF qui contenait 4 tonnes de papier et un million et demi de brochures imprimées.

Rue de la Tombe Issoire à gauche

26-30 : La bataille n’est pas terminée pour sauver ce qui fut la dernière ferme de Paris ; la ferme de Moquesouris (Montsouris) sur laquelle les promoteurs avaient déjà planté leurs crocs. Lieu cher aux habitants du quartier qui se battent avec leurs associations pour sauvegarder un site qui recèle les carrières médiévales du Port-Mahon, les vestiges d’un aqueduc gallo-romain et une crypte exceptionnelle de conservation.

Nous passons devant l’entrée de la Villa St Jacques, au numéro 12 de laquelle Louis Pascano, membre du réseau "Vengeance-Libre Patrie" fondé par Philippe Viannay, imprima quelques temps le journal "Défense de la France" en 1941.

Place St Jacques

Emplacement de la Barrière St Jacques du mur des Fermiers généraux, encore appelée Barrière d’Arcueil ou Barrière de la Fosse aux lions.
C’est là qu’on installa la guillotine pour les exécutions capitales de 1832 à 1851.

Barrière St Jacques du mur des Fermiers généraux

Bd St Jacques à droite

55-57 : Une bouche de métro Guimard d’un style un peu particulier, datant de 1906.

26 : À cette hauteur, un souterrain creusé par des contrebandiers passait sous le mur des Fermiers généraux vers 1815. Ce n’était pas le seul autour du Paris d’alors, où fleurissait la contrebande.
Supprimé par l’Assemblée Constituante le 20 janvier 1791, l’octroi avait été rétabli le 18 octobre 1798, tout de suite après une Révolution que "ce mur, murant Paris, rendant Paris murmurant" avait pourtant largement contribué à déclencher.

15-17 : Le 2 juillet 1936, le groupe Octobre donne le "Tableau des merveilles" de Jacques Prévert, mis en scène par Lou Tchimoukow, pour les salariés en grève dans un entrepôt de la Samaritaine.

5 : Emplacement de la Barrière de la Santé du mur des Fermiers Généraux, construite en 1786 et démolie en 1860 après le rattachement à Paris des communes situées à l’intérieur de l’enceinte de Thiers ; les fameuses "fortifs".

Barrière de la Santé du mur des Fermiers généraux

Rue de la Santé à gauche

Nous passons devant la rue Jean Dolent que nous pouvons prendre aller-retour

23 : Demeure de Blaise Cendrars, de 1950 jusqu’à sa mort en 1961.

Blaise CENDRARS

Auguste Renoir avait eu là un de ses nombreux ateliers.

Auguste RENOIR

27 : Siège de la Ligue des Droits de l’Homme.

Continuons dans la rue de la Santé

42 : La prison de la Santé fut souvent utilisée pour l’incarcération de militants politiques. Y furent notamment emprisonnés :
• Victor Serge en 1912, comme complice de la "Bande à Bonnot".
• Pierre Monatte, Boris Souvarine, Fernand Loriot, Gaston Monmousseau, pour "complot contre la sûreté de l’État" en mai 1920. Le préau de la prison se transforme alors en forum politique. En décembre, Boris Lifschitz, alias Souvarine, envoie au congrès de Tours une motion d’adhésion à l’Internationale Communiste improprement appelée "Cachin-Frossard".
• Pierre Sémard, dit Lenmuré, Gaston Monmousseau, représentant la CGTU, Albert Treint pour le PCF, Georges Marrane, sont incarcérés à leur retour d’une délégation à la conférence d’Essen contre l’occupation de la Ruhr en 1923.
• Maurice Laporte, Gabriel Péri, membres des Jeunesses communistes, sont détenus en mars de la même année pour "provocation de militaires à la désobéissance"...
• Jacques Doriot, alors Secrétaire général de la Jeunesse communiste, est arrêté à ce titre en décembre. Relâché, il sera de nouveau incarcéré le 12 octobre 1925 à propos de l’opposition du PCF à la guerre du Rif.
• Pierre Sémard à nouveau, alors secrétaire général du PCF, est emprisonné à son retour du 8ème plénum de l’Internationale Communiste, pour "provocation à la désobéissance", en rapport à cette même opposition du PCF à la guerre du Rif.
• Marcel Cachin est incarcéré le 4 juillet 1927 ; il est libéré aussitôt suite à un vote de la Chambre des députés. Mais il sera de nouveau arrêté le 18 juillet avec Jacques Doriot.
• André Marty est incarcéré à son tour le 13 août ; lui aussi sera libéré rapidement suite à un vote de la Chambre.
• En avril 1940, Jacques Duclos est condamné à 4 ans de prison, son immunité parlementaire ayant été levée.

La Santé est transformée officiellement en prison politique pendant l’Occupation. Édouard Daladier ayant dissout le PCF, 44 responsables communistes d’Île de France sont arrêtés suite à la signature du Pacte germano-soviétique.
Trois militants sont guillotinés le 28 août 1941 pour "propagande communiste", condamnés par le Tribunal spécial de la Seine en application de la loi de Vichy du 14 août 1941. Et à nouveau trois autres le 23 septembre.
Lors de leur transfert vers le Mont Valérien pour être exécutés, les 23 condamnés du procès de la Maison de la Chimie entonnent la Marseillaise en quittant la Santé.
Le 8 août 1942, Isidore Grinberg, 19 ans, combattant des Bataillons de la Jeunesse, est guillotiné dans la cour de la prison ; il y aura 18 guillotinés et 27 fusillés à la Santé pendant l’Occupation.
Une révolte de prisonniers est organisée par les Résistants emprisonnés le 14 juillet 1944. 28 mutins seront fusillés par la Milice.

Traversons le boulevard Arago et continuons rue de la Santé

Prenons la rue Méchain

13 : Dans l’imprimerie coopérative russe "Soïouz", en français "Union", Pierre Monatte fit réaliser, dans les débuts de sa parution vers 1910, la "Vie Ouvrière". Elle se définissait alors comme une revue syndicaliste révolutionnaire anti-parlementaire ; elle a bien changé depuis…

Pierre MONATTE
avec l’équipe de la Grange aux Belles

Charles Rappoport, un des fondateurs au Congrès de Tours de la Section française de l’Internationale Communiste — qui deviendra peu après le Parti Communiste, et seulement en 1943 le "Parti Communiste Français" — habita dans cette rue à son arrivée à Paris. Il quitta le parti en 1938, critiquant son suivisme face aux dérives de l’URSS.

Charles RAPPOPORT

Rue du Fbg St Jacques à gauche

Bd Arago à droite

Place Denfert-Rochereau

Fin du parcours


Tout commentaire ou complément ; toute précision, remarque, correction... à propos de ce parcours, seront évidemment les bienvenus.

Contact : parisrevolutionnaire@gmail.com